• Posted on : 09/30,2010

     

     

    JUSTICE ET MEDECINE : Le Couple Infernal ?

    30 septembre 2010
    By B-C Verdi

    Les rapports entre médecine et justice sont à la fois nécessaires et à haut risque. Les deux institutions sont en crise, en décalage par rapport aux problèmes sociaux réels que traverse notre société : la médecine s’avère souvent un instrument de contrainte et d’inégalité, tandis que les acteurs politiques tendent, en matière judiciaire, à réduire la prévention à une répression anticipée. Les deux institutions sont aussi, conjointement et de plus en plus, dans des missions de surveillance : réseaux d’alerte, de délation, de contrôle techno-centralisé.

    Le médecin confronté à l’institution judiciaire peut se trouver du côté des experts, sa position peut être ambiguë : dénonciateur légitime de maltraitance, il peut être amené à marginaliser à son insu des milieux déjà défavorisés ; délateur de déviance, il participe par là même à des formes de normalisation sociale ; ou encore médecin auxiliaire de justice, sa position est aussi sujette à caution, comme le montre en particulier le domaine de l’expertise psychiatrique. Du côté des accusés, les médecins sont confrontés à une judiciarisation croissante des pratiques médicales, doublée d’une juridiction d’exception qui redouble la justice ordinaire : celle de l’Ordre des médecins. Une telle judiciarisation n’accroît nullement la qualité des soins, mais place au contraire le médecin en position perpétuellement défensive.

    Mais le médecin est aussi convoqué dans les systèmes punitifs dans une position à risque : dans les locaux de police lors des gardes à vue, où la position du médecin est offerte à toutes les ambiguïtés de la relation au système policier. Dans le système carcéral, où les conditions de la détention soumettent prioritairement le patient prisonnier au pouvoir pénitentiaire. Enfin, la médecine est aussi liée aux procédures punitives de médicalisation des châtiments : castration chimique, chantage au soin ou à la prison, injonction thérapeutique.

    Enfin se pose la question de l’encadrement des pratiques médicales par le pouvoir législatif, dans les cas de l’avortement, de l’euthanasie ou du statut juridique du corps humain, où l’alternative entre autorisation et interdit se heurte à la réalité des demandes et des pratiques, et nécessite sans cesse de repenser la loi et les rapports troubles entre légalisation et pénalisation, contrôle et commercialisation.

    Médecine et justice, instruments d’une politique, se rejoignent parce qu’utilisées conjointement à des fins de contrôle social. Peuvent-elles se rejoindre plus positivement dans une réflexion commune, sur les risques de leur instrumentalisation, le cadrage à assigner à leurs interventions, les alliances qu’elles peuvent nouer et les refus qu’elles doivent concrètement opposer pour se mettre au service d’une exigence authentique de justice sociale ?

    ON PEUT LEGITIMEMENT EN DOUTER !

    PRAGMATISME POLITIQUE

    LA TECHNIQUE DU HARCELEMENT 

     

    1° Le harcèlement psychologique et professionnel

    - La technique de base : une rumeur calomnieuse et diffamatoire est associée aux opérations noires, aux opérations blanches, aux opérations de propagande.

    2° Le harcèlement physique et psychologique

    - La base de cette stratégie opérationnelle consiste en l’utilisation couplée d’opérations noires avec les opérations décrites ci-dessus.

    3° Grâce à la rumeur, la culpabilité est acquise

    4° La diabolisation

    -Elle permet de désigner la victime comme bouc émissaire et la met, face à une telle accusation, dans une position de culpabilité.

    L’UTILISATION DE LA RUMEUR

    En préalable (plusieurs mois avant le début de l’action) :

    1) Prévoir une stratégie d’utilisation de supports de l’information
    2) Prévoir une propagande sur un thème porteur

    Eléments qui doivent être présents sur le terrain (dès le début de l’action) :

    1) Il faut que dans le support soient présents des éléments qui puissent catalyser la rumeur ; donc que la personne provoque de par son comportement ou son mode d’être « la jalousie/envie ou la peur » il faut qu’elle soit :

    soit une notoriété ou un personnage public,
    soit différente,
    soit dans une forme de « supériorité » qui renvoie les autres dans « l’infériorité »
    soit dans une grande vitalité et une grande transparence

    Donc un support aux fantasmes

    2) Le climat doit être propice au développement de la rumeur
    3) Le milieu doit être conservateur et reprocher à l’autre d’être différent
    4) L’autre ou les autres doivent se sentir inférieurs
    5) Décupler les sentiments vengeurs, de colère, de peur de l’autre afin de lui faire perdre toute objectivité

    La diabolisation est enfin rendue possible grâce à la rumeur qui a généré les fantasmes de chacun, et plus cette rumeur qui a généré les fantasmes de chacun, et plus cette rumeur dévoile en cachant plus elle est source de fantasmes.

    POUR RENFORCER LA RUMEUR IL FAUT UTILISER LA VICTIME ET LA POUSSER STRATEGIQUEMENT

    1)Penser que tout le monde est au courant
    2)Faire un démenti (ainsi la rumeur à contrario confortée)
    3)Augmenter la pression des groupes (travail, loisir, famille, cercles privés…)
    4)La pousser à porter plainte sans l’assistance d’un avocat à la police, qui a déjà une conviction du fait de la rumeur, les forces de police ne sont d’emblée plus neutres, en effet la police donne ses conviction aux magistrats instructeurs qui gardent bien souvent la même ligne directrice

    Ainsi selon l’historien Richard Plant, la propagande comme la rumeur, va chercher des éléments « haineux » dans la population pour les activer.

    Extrait de cours de l’école de Guerre :

    « … sur les buts de l’utilisation du triple modèle opératoire et du triple harcèlement :

    1)Les trois buts fondamentaux des opérations psychologiques sont les suivants :

    a)Affaiblir la volonté de la cible (mises en place d’attaques contre la cible ou des personnes-cibles susceptibles de devenir les complices de la cible),
    b)Renforcer les sentiments de loyauté des personnes cibles-amies,
    c)S’assurer le soutien des personnes non engagées.

    Extrait de cours (guerre et contre-espionnage industriel) : « La contre-information est donc différente des techniques de désinformations employées par les services spéciaux mais elle répond aux même contraintes et requiert les mêmes qualités que l’attaque par l’information : renseignement préalable, maîtrise de mécanismes psychologiques et psychosociologiques, maîtrises des principes et techniques de communication (y compris publicitaires), connivence avec les médias de masse, etc… C’est la raison pour laquelle toutes préventions contre une attaque insidieuse par l’information est ouverte suppose la connaissance et la maîtrise des techniques offensives de guerre de l’information. »

    Par le Docteur Erick Dietrich


    La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des

    hommes de bien. Edmund Burke

    Tags: 

     


    votre commentaire
  •  

     
     

    AVIS D’OPPOSITION ADMINISTRATIVE

     

    N°COMPTE : VERD68357AA

    N°ACTE : 54 1080001094 51

     

    TRESORERIE ALPES MARIRIMES AMENDES

    53 RUE HEROLD

    06084 NICE CEDEX 1

     

    Monsieur le Trésorier Principal du Trésor Public

     

    Monsieur IVALDI,

     

    J’ai reçu votre lettre en date du 26/08/10 qui me précise le devoir de paiement d’une amende pénale d’un montant de 3090 euros suite à la demande de comparution immédiate par le fait du classement sans suite décidé rationnellement par Monsieur le Procureur DESERT d’une plainte orientée d’une employée de la BPCA, anciennement dévouée à la ville de CANNES, qui a finalement abouti à ma condamnation par le parquet de GRASSE dirigée actuellement par le nouveau procureur CAILLAU pour une affaire de diffamation par voie électronique à laquelle je n’ai pas été conviée et donc n’ai pu défendre mes intérêts.

     

    J’ai d’ailleurs été cherché paradoxalement l’arrêt du TGI de GRASSE chez Maître TREIBER plusieurs mois après les faits, ce qui m’aurait empêché théoriquement de faire appel de toute condamnation malgré ce qui était précisé dans ce document.

     

    Finalement, cette banque qui a violé le CMF pendant des années malgré toutes mes plaintes et m’a donc volé par des frais et des agios totalement injustifiés, m’a fait condamner à 11000 euros d’amendes en totalité alors que je déclare une somme bien inférieure annuellement aux services des impôts.

     

    Je ne refuse pas de payer cette injustice flagrante mais je la dénonce formellement à votre personne dans un premier temps avant de le faire au niveau national afin que les responsabilités publiques de cette cabale sociale qui perdure depuis des années confonde leurs auteurs à tous les niveaux politiques locaux et même nationaux.

     

    Etant donné les problèmes financiers majeurs auxquels je suis confronté quotidiennement depuis 2001, par la discrimination sociale orchestrée par le Député Maire de CANNES, Monsieur Bernard BROCHAND, un des nombreux piliers financiers de l’UMP, qui vient de recevoir son ami Monsieur Xavier BERTRAND auquel il a certainement remis le rapport de Police de Pédophilie émis par ma personne qui semble avoir été égaré par l’administration car il confond des notables de CANNES avec le scandale des orphelins d’auteuil et se trouve donc être lié indubitablement au réseau ZANDVOORT dénoncé publiquement par Karl ZERO et Serge GARDE dans le documentaire intitulé le Fichier de la HONTE ; je vous précise donc que j’ai la charge matérielle et morale d’une famille et de deux enfants comme le prévoit l’article 213 du code civil, je vous demande de ne prélever que le minimum prévu par la loi et de ne pas me bloquer mon compte bancaire afin que je n’envisage pas de déposer une plainte contre L’ETAT FRANÇAIS au niveau EUROPEEN si vous me supprimez financièrement et illégalement ce minimum vital insaisissable dont les indemnités journalières sont attribuées actuellement et donc officiellement par la Mairie de CANNES en tant que Brigadier de Police Titulaire Invalidité pour des raisons de santé.

     

    Veuillez agréer Monsieur IVALDI, l’expression de mes salutations distinguées.

     

    VERDI Patrice

     

    PS : J'ai relevé ces lignes sur un forum militaire car il correspond à ce que je pense moi-même:
    "Depuis 1940, je ne fais aucune confiance aux élites françaises. Je les méprise...
    Je fais confiance au peuple français"
    Pierre Mesmer, gaulliste historique, grand chancelier de l’ordre de la Libération, ancien premier ministre - Septembre 2006

     

      

     


    votre commentaire
  •  

     
     

    AVIS D’OPPOSITION ADMINISTRATIVE

     

    N°COMPTE : VERD68357AA

    N°ACTE : 54 1080001094 51

     

    TRESORERIE ALPES MARIRIMES AMENDES

    53 RUE HEROLD

    06084 NICE CEDEX 1

     

    Monsieur le Trésorier Principal du Trésor Public

     

    Monsieur IVALDI,

     

    J’ai reçu votre lettre en date du 26/08/10 qui me précise le devoir de paiement d’une amende pénale d’un montant de 3090 euros suite à la demande de comparution immédiate par le fait du classement sans suite décidé rationnellement par Monsieur le Procureur DESERT d’une plainte orientée d’une employée de la BPCA, anciennement dévouée à la ville de CANNES, qui a finalement abouti à ma condamnation par le parquet de GRASSE dirigée actuellement par le nouveau procureur CAILLAU pour une affaire de diffamation par voie électronique à laquelle je n’ai pas été conviée et donc n’ai pu défendre mes intérêts.

     

    J’ai d’ailleurs été cherché paradoxalement l’arrêt du TGI de GRASSE chez Maître TREIBER plusieurs mois après les faits, ce qui m’aurait empêché théoriquement de faire appel de toute condamnation malgré ce qui était précisé dans ce document.

     

    Finalement, cette banque qui a violé le CMF pendant des années malgré toutes mes plaintes et m’a donc volé par des frais et des agios totalement injustifiés, m’a fait condamner à 11000 euros d’amendes en totalité alors que je déclare une somme bien inférieure annuellement aux services des impôts.

     

    Je ne refuse pas de payer cette injustice flagrante mais je la dénonce formellement à votre personne dans un premier temps avant de le faire au niveau national afin que les responsabilités publiques de cette cabale sociale qui perdure depuis des années confonde leurs auteurs à tous les niveaux politiques locaux et même nationaux.

     

    Etant donné les problèmes financiers majeurs auxquels je suis confronté quotidiennement depuis 2001, par la discrimination sociale orchestrée par le Député Maire de CANNES, Monsieur Bernard BROCHAND, un des nombreux piliers financiers de l’UMP, qui vient de recevoir son ami Monsieur Xavier BERTRAND auquel il a certainement remis le rapport de Police de Pédophilie émis par ma personne qui semble avoir été égaré par l’administration car il confond des notables de CANNES avec le scandale des orphelins d’auteuil et se trouve donc être lié indubitablement au réseau ZANDVOORT dénoncé publiquement par Karl ZERO et Serge GARDE dans le documentaire intitulé le Fichier de la HONTE ; je vous précise donc que j’ai la charge matérielle et morale d’une famille et de deux enfants comme le prévoit l’article 213 du code civil, je vous demande de ne prélever que le minimum prévu par la loi et de ne pas me bloquer mon compte bancaire afin que je n’envisage pas de déposer une plainte contre L’ETAT FRANÇAIS au niveau EUROPEEN si vous me supprimez financièrement et illégalement ce minimum vital insaisissable dont les indemnités journalières sont attribuées actuellement et donc officiellement par la Mairie de CANNES en tant que Brigadier de Police Titulaire Invalidité pour des raisons de santé.

     

    Veuillez agréer Monsieur IVALDI, l’expression de mes salutations distinguées.

     

    VERDI Patrice

     

    PS : J'ai relevé ces lignes sur un forum militaire car il correspond à ce que je pense moi-même:
    "Depuis 1940, je ne fais aucune confiance aux élites françaises. Je les méprise...
    Je fais confiance au peuple français"
    Pierre Mesmer, gaulliste historique, grand chancelier de l’ordre de la Libération, ancien premier ministre - Septembre 2006

     

      

     


    votre commentaire
  •  

    Monsieur le Président,

     

    Le protocole qui m’a permis de vous adresser cinq courriers auxquels vous avez répondu par l’intermédiaire de votre directeur de cabinet,m’a permis de comprendre que vous possédiez au sein de votre équipe gouvernementale des éléments de valeur non négligeable.

     

    Je reçois régulièrement, des messages, des mots dans ma boîte aux lettres, des appels au secours de pères et de mères qui me demandent de les aider à retrouver leurs enfants disparus.

     

    Mon profil particulier, ma façon de comprendre la dextérité intellectuelle mais prévisible de ces pervers encore trop nombreux, m’amène à penser que la puissance publique associée à des moyens judiciaires et policiers conséquents me permettraient de loger n’importe qui, n’importe où et de sauver de nombreuses familles en détresse.

     

    Le dogmatisme qui engendre la suspicion de tous, détruit progressivement la crédibilité que l’on accorde à des institutions qui font déjà face à une crise économique mondiale établie.

     

    Je me retrouve donc dans la position médiane qui consiste à protéger l’avenir de ma Patrie, c’est à dire l’institution mais aussi dans l’obligation de la faire réagir au plus vite afin d’éviter un engrenage évident qui transformera les prochaines marches blanches en débâcles sociales graves.

     

    J’ai d’ailleurs écrit à mes nombreux amis en leur précisant que la majorité des fonctionnaires de Police et de Justice sont des personnes qui font un travail difficile et parfois même particulièrement dangereux car le grand banditisme envahit progressivement nos cités.

     

    La Mafia locale ou internationale utilise l’enlèvement , la séquestration , le viol , le meurtre d’enfants ou d’adultes, à des fins commerciales car certains pervers paient ces sévices filmés très cher.

     

    Qui va les arrêter ?

     

    Moi, le Brigadier VERDI, un simple soldat qui veut corriger les choses, pour la FRANCE.

     

    C’est une mission politique difficile et presque impossible si personne ne souhaite dorénavant changer radicalement certaines méthodes d’investigation et de poursuites pénales.

     

    Cette lettre sera lue des dizaines de milliers de fois,certaines personnes ne comprendront pas ma démarche , d’autres apprécieront le fait qu’un HOMME ait osé écrire au Président de la République pour lui demander une responsabilité laborieuse et de long terme et d’une importance capitale pour l'avenir de ce pays.

     

    Je vous prie d’agréer Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération car les critiques associées à votre mandature sont le reflet évident d’une volonté de récupérer une position sociale très convoitée mais difficilement compréhensible dans sa complexité toute formation politique confondue.

     

    Fait à, CANNES le 13/08/10

     

    Pour SERVIR LA LOI, Pour SAUVER DES VIES.

     

     VERDI Patrice

     


    1 commentaire
  • LE FICHIER DE LA HONTE
    Posted on : 06/16,2010

     

     

     http://www.13emerue.fr/webtv/les-faits-karl-zero/les-faits-karl-zero-le-fichier-de-la-honte.htm

     

    LIBERONS MARCEL VERVLOESEM  

     

     


    CET HOMME EST UN DETENU POLITIQUE BELGE

     

    SA DETENTION ILLEGALE DURE DEPUIS LE 05/09/08

     

    DANS DES CONDITIONS CARCERALES SCANDALEUSES

     

    QUI TENDENT A TUER CET ENNEMI

     

    DE LA PEDOCRIMINALITE.




    ALEGRE-MENT SURPRIS 


    Accueil 














    Accueil







     


    1 commentaire